Économie

 
En 2016 la Bulgarie est à la 21ème place dans l‘Union européenne pour son Produit intérieur brut (PIB). Un régime de stabilisation des changes est en place en Bulgarie, dans le cadre duquel la devise nationale, le lev bulgare, est lié à l’euro. Selon le taux de change fixe de la BNB 1 euro vaut 1,95583 leva. La Bulgarie a une économie de marché ouverte, un secteur privé moyennement développé et un marché intérieur relativement restreint.

Après l‘adhésion de la Bulgarie à l’UE l’on observe un processus durable de rapprochement des revenus à ceux dans l’Union, qui cependant a été sensiblement ralenti pendant les années de la crise économique mondiale, et qui, pendant les trois dernières années, s’est de nouveau accéléré. En 2016 l’économie du pays a enregistré une croissance de 3,9%, occupant pour cet indicateur la 4ème place parmi les pays membres de l’UE.
 
Exportations

Les exportations sont le principal moteur de la croissance économique et déjà en 2011 elles ont dépassé leurs niveaux d’avant la crise. En 2016 leur part dans le PIB est de 64 %. La croissance réelle des exportations de marchandises est de 7,9 % en 2016, en troisième position parmi les plus élevées dans l’UE, et ceci dans les conditions d’un environnement instable.

 
Marché du travail
 
Immédiatement après son adhésion à l’UE la Bulgarie a atteint des taux de chômage historiquement bas. Sous l’effet de la crise économique mondiale ce taux a augmenté, mais ces dernières années il est en baisse. En 2016 il s’élevait à 7,6%. Une évolution positive est particulièrement visible chez les diplômés d’études universitaires et secondaires.
 
 
Environnement des affaires

Les faibles taux des impôts sur les sociétés et les impôts sur les revenus des personnes physiques contribuent à l’amélioration de l’environnement commercial et à la promotion des investissements. Après son adhésion à l’UE la Bulgarie a amélioré ses recettes fiscales et la culture fiscale augmente.

Les conditions propices pour les affaires sont confirmées par les classements internationaux. Selon le rapport Doing Business 2017 de la Banque mondiale, la Bulgarie se range à la 39ème place parmi 190 pays pour l’efficacité de la régulation des affaires et occupe la 20ème place parmi les pays de l’UE.

 
 
Stabilité financière

La stabilité financière est une priorité principale pour la Bulgarie. Au cours des années avant la crise mondiale le pays a accumulé des excédents budgétaires qui ont formé des volants fiscaux, et a pu ainsi neutraliser les effets négatifs sur la fiscalité.  La Bulgarie est parmi le petit nombre de pays membres de l’UE qui ont maintenu le niveau de la dette publique et du déficit parmi les plus bas. En quelques années seulement après le début de la crise, la Bulgarie a réussi à ramener son déficit budgétaire à des niveaux durables et en 2016 il a été réduit à zéro.

Le pays occupe l’une des premières places dans l’UE pour le faible montant de la dette publique consolidée, qui pour 2016 revient à 29 % du PIB et range la Bulgarie à la troisième place après l’Estonie et le Luxembourg. 

Projets d’infrastructure
 
Le développement économique est aussi directement lié à la bonne réalisation de projets d’infrastructure et à l’extension du réseau routier.
 

Ces dernières années le réseau routier en Bulgarie a connu une extension considérable. Avec la contribution des fonds de l’Union européenne ont été construits plus de 300 km de nouveaux tronçons d’autoroute, le réseau d’autoroutes existant d’avant 2007 ayant été agrandi deux fois. La construction des autoroutes Trakya, Maritza et Lyulin a été entièrement achevée et 69 km de l’autoroute Strouma ont été construits. Les travaux y continuent toujours. Jusqu’à la fin de la présente période de programmation la construction du tronçon le plus complexe dans les gorges de Kresna sera achevée. Sa construction reliera par autoroute Sofia à la frontière grecque.

Parmi les priorités de la Stratégie de développement de l’infrastructure routière jusqu’à 2022 se trouvent : achever la construction des autoroutes Strouma, Hemus, Tcherno moré et Kalotina – Sofia, celle du tunnel sous le mont Chipka, de l’autoroute Roussé – Veliko Tarnovo et de la voie express Vidin – Botevgrad.


Le contenu de la page a été rédigé avec le soutien du ministère des Finances et de l‘Agence Infrastructure routière.

Ce site utilise des cookies. En acceptant les cookies vous pourrez bénéficier d’une expérience de navigation optimale.

Accepter Refuser Plus