Sommet social tripartite, 21 mars 2018 à Bruxelles

21.03.2018

Photo: Union européenne


Ce sommet social de printemps a eu pour thème la réalisation des objectifs du socle européen des droits sociaux.

Trois thèmes subsidiaires sont venus alimenter ce débat, à savoir: renforcer l'innovation, la création d'emplois et l'équité sociale dans le cadre financier pluriannuel; nouvelles formes de travail: défis et perspectives pour l'emploi et le dialogue social; et la convergence économique et sociale pour renforcer la croissance et la résilience.

Dans son allocution, le président du Conseil européen, Donald Tusk, a déclaré ce qui suit:

"Permettez-moi de remercier les partenaires sociaux pour ce sommet positif et constructif. Nous avons débattu de la situation économique et sociale dans l'UE. Notre économie continue de croître au‑delà des prévisions, l'emploi est à la hausse et les investissements reprennent. Toutefois, la croissance économique n'a guère d'intérêt si elle ne conduit pas à une amélioration de la qualité de vie de nos citoyens. J'ai débattu avec les partenaires sociaux des moyens d'allier justice sociale et efficacité économique afin que notre qualité de vie, qui est au cœur des politiques de l'UE, continue de s'améliorer."

 

"Depuis le début du mandat de la Commission, nous avons placer les priorités sociales là où elles doivent être: au cœur de l'agenda européen. À Göteborg, en novembre dernier, les institutions de l'UE ont proclamé conjointement le socle européen des droits sociaux que j'avais appelé de mes vœux. La réalisation des objectifs du socle constitue une responsabilité commune et je compte sur les États membres et les partenaires sociaux à tous les niveaux pour jouer un rôle essentiel à cet égard. Vous pouvez compter sur la Commission pour jouer pleinement son rôle",

a souligné le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

Du côté de la présidence tournante, le Premier ministre bulgare, Boïko Borissov, a déclaré:

"Il est essentiel que nous partagions tous l'idée qu'il est nécessaire de renforcer la dimension sociale de l'Union européenne afin de continuer à contribuer à la cohésion sociale. En même temps, nous devons multiplier les possibilités de croissance économique, une croissance qui est déjà observable en Europe. Les résultats de cette croissance économique doivent être tangibles pour tous. Comme les traités l'indiquent: œuvrons en faveur d'une économie sociale de marché hautement compétitive, du plein emploi et du progrès social."

Le secrétaire général de la Confédération européenne des syndicats (CES), Luca Visentini, a déclaré:

"Le socle européen des droits sociaux contient de nombreux engagements importants, mais ne peut contribuer à rétablir la confiance des citoyens que s'il amorce une amélioration des droits et des conditions de travail, au niveau de l'UE, des États membres, des employeurs et des syndicats.
La mise en œuvre des droits contenus dans le socle doit être prise en compte dans les recommandations en matière de politique économique de l'UE, dans le budget de l'UE, dans les lois et actions des États membres et dans les nouvelles négociations et conventions collectives entre les employeurs et les syndicats dans chaque pays de l'UE.
Des conditions équitables doivent être garanties par une hausse des salaires et une convergence sociale et fiscale. Rien ne met plus sûrement les citoyens en colère que les promesses non tenues. Il incombe à tous les dirigeants de veiller à ce que le socle européen des droits sociaux améliore réellement la vie des personnes qui travaillent dans l'UE."

La présidente de BusinessEurope, Emma Marcegaglia, qui représente les employeurs (BusinessEurope, CEEP, UEAPME), a déclaré:

"2017 a été une bonne année pour l'économie, mais la mise en œuvre des réformes nationales continue de prendre du retard. Il est essentiel de tenir les engagements en matière de réforme afin de faire en sorte que notre économie sociale de marché continue de prospérer, avec l'appui de services publics hautement performants. Malgré la reprise relativement récente, les pénuries de compétences ont déjà atteint leur plus haut niveau depuis plus de 20 ans, compromettant la baisse du chômage et les perspectives de croissance des PME. Les réformes du marché du travail et l'adaptation des compétences demeurent des priorités clés. Le prochain cadre financier pluriannuel de l'UE devrait porter principalement sur les mesures visant à soutenir la croissance à long terme et à favoriser l'emploi. Nous devons également approfondir notre Union économique et monétaire, développer notre marché unique et mettre en place une véritable stratégie industrielle fondée sur l'innovation. Au vu des intentions des États-Unis concernant l'acier et l'aluminium qui peuvent conduire à des guerres commerciales préjudiciables, il est plus important que jamais de défendrele système multilatéral fondé sur des règles et de lutter contre le protectionnisme ."


Les avis exprimés dans ce texte sont ceux des personnes ou organisations concernées et ne constituent pas collectivement le point de vue du Conseil ou du Conseil européen.

Visiter la page consacrée à la réunion sur le site du Conseil de l'Union européenne.

Les photos et les vidéos de la réunion sont disponibles ici.

Ce site utilise des cookies. En acceptant les cookies vous pourrez bénéficier d’une expérience de navigation optimale.

Accepter Refuser Plus